Texte de Guislain LAUVERJAT.
Parution dans la Revue LAURA en Octobre 2015

Vanina Lange, le point de départ était un point d’arrivée.


Vanina Lange se définit comme plasticienne, elle travaille le volume et le dessin. Elle aime prendre et reprendre, faire et refaire. Pour elle, le travail artistique est un jeu. La matière par ses particularités portent en elle des possibilités et une question simple : que peut-on en faire ?

Ce jeu avec la matière construit des possibilités plastiques et expressives. Ainsi un objet en plâtre peut être travaillé si finement qu’il donne l’impression d’une imposante sculpture en marbre blanc. Sa pondération et sa massivité s’évaporent lorsque l’on s’en approche... le premier ressenti est contredit. Moulée, elle devient la matrice d’une autre œuvre. À la forme blanche répond ainsi une forme négative de la première.

La lenteur de la réalisation est une contrainte de la recherche, et offre un temps où le dessin se pratique en parallèle. Il sert d’étape comme autant de saisie des différentes phases. La mise en forme est une prise de distance permettant d’arriver jusqu’au terme de l’œuvre. Vanina Lange développe aussi la gravure, entre le dessin (image mentale) et la sculpture (image manuelle). Une fois la forme figée, la gravure et les tirages permettent de réinvestir et de recomposer l’objet. Ce dessein de la forme se construit dans le temps de la réalisation vers un état définitif. Ce qui intéresse Vanina Lange est cette recherche de la forme et ce jeu induit dans un ballet perpétuel entre la main de l’artiste, la matière et la forme.



 

 

 

Layout Type

Presets Color

Background Image